logodna1

Pour une vie sans emballages (DNA du 29/11/2016)

DNA

Pour une vie sans emballages

Faire ses courses sans se retrouver avec le moindre emballage ni sac plastique. Céline Portal, formatrice en éco-consommation, en donnait le mode d’emploi au public, vendredi au marché couvert de Colmar.
« Quand nous faisons nos courses, nous sommes encore dans l’automatisme d’attendre un sac plastique. Moi, quand je fais mes courses, je n’utilise aucun emballage » explique Céline Portal au public du marché couvert de Colmar ce vendredi. De toute façon, les sacs plastiques sont à présent interdits. Ou plutôt bannis des caisses de commerces. Il est donc nécessaire de trouver d’autres moyens de ramener ses courses. Pots en verre, bocaux, boîtes en plastique, Céline a apporté ses propres contenants. Il y a même un sac à salade, en toile cirée et donc imperméable. « Tout ce qui est poisson, viande, charcuterie ou fromage, on peut le mettre dans des bocaux. De plus, certaines grandes surfaces acceptent que l’on vienne avec, et que l’on mette les étiquettes dessus pour le passage en caisse ».
Évidemment, cela demande un minimum d’organisation. « Au départ, il faut savoir quels seront les repas de la semaine, puis préparer sa liste de courses. Ensuite, on prévoit les contenants qui vont avec ». En filigrane, c’est bien une incitation à se rapprocher des petits producteurs, des indépendants, des circuits courts. « À Colmar, il y a beaucoup de maraîchers. Ici au marché couvert, on peut trouver de quoi faire ses courses pour la semaine ». Une place commerciale idéale pour tenter l’aventure. « C’est le retour du goût » clame Céline. « C’est un acte militant, et tout le monde y gagne » poursuit-elle, rappelant que « les circuits courts impliquent ce comportement de la part du consommateur. »

Fabriquer un sac à partir d’un t-shirt

Animation à l’initiative de Colmar Agglomération dans le cadre du plan de prévention des déchets (PLP) et des « Chants de la terre », maraîcher en biodynamie à Colmar, l’intervention de Céline Portal était complétée par un stand d’information tenu par des membres de l’association « Vallée de Munster en transition ». Et cela tombait bien car le thème était « comment fabriquer un sac à partir de t-shirts de récupération »… «Un t-shirt équivaut à un sac » explique Marilène, animatrice du stand avec Cécile et Christine.
Fournis par « Relais est », les t-shirts sont ainsi devenus de seyants sacs de courses. À l’origine parfois insoupçonnable. Et leurs manches sont devenues… des éponges. Ou plutôt « des tawashi, selon un concept japonais », indique-t-on. Bref, rien ne se perd. C’est ludique et rapide. Un bon moyen de « lancer la réflexion ici, au marché couvert » dit encore Céline Portal. « Mais cela rentre doucement dans les mœurs. De toute façon, il va bien falloir trouver d’autres sacs ! »
Gratuit, l’atelier proposé au public n’a pas désempli de la journée. « On a eu beaucoup plus de jeunes que d’adultes », raconte Marilène. « Les adultes s’imaginent qu’ils n’y arriveront jamais. Les jeunes, eux, s’y mettent bien volontiers et apprennent en quelques minutes. Ce matin, on a appris à coudre à plein de lycéens ! »
photo atelier
Article et photos de Nicolas Pinot – DNA du 29/11/2016

Categories: Coin presse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Saisissez dans le cadre ci-dessus le code indiqué.