le parfait bocaux

Mode zéro déchet pour les nuls

Traquer le déchet, le transformer pour s’en servir autrement, l’éviter consciencieusement, c’est tous ces gestes simples du quotidien qui font que c’est autant de déchets en moins qui atterrissent dans notre poubelle (celle qui est non recyclable), c’est à dire à l’usine d’incinération ou à la décharge. Perso, une décharge, ça me dégoûte, et ça me met en colère (je vous conseille le film SUPER TRASH de Martin Esposito, édifiant). Comment peut-on continuer  à inonder de déchets nos décharges et centres d’incinération par des actes d’achats irréfléchis et continuer à gaspiller de la sorte ? Il faut à un moment de sa vie cesser l’aveuglement, dire stop et poser des actes intelligents afin de renverser la vapeur.

Passer au mode de vie zéro déchet, c’est :

  • Emmener partout avec soi une gourde en inox, un sac réutilisable, un filet à provisions en coton, un mouchoir en coton
  • Acheter en vrac tout ce que vous pourrez avec des sacs en coton : pâtes, riz, légumineuses, fruits secs, thé, café, fruits et légumes
  • Consommer local et de saison de préférence (marché, paniers bios, amap, la ruche qui dit oui)
  • Faire un maximum soi-même  : pain, yaourts, gâteaux, compotes, confitures, conserves, purées, soupes, sauces, etc.
  • Faire ses courses avec une liste pour éviter les achats impulsifs
  • Supprimer les plats préparés et industriels même bio
  • Pour le corps, utiliser un vrai savon (qui contient de la glycérine) de la tête aux pieds plutôt que du gel douche et du shampoing, de l’huile végétale (jojoba, noix de coco, pépins de raisins, etc.) pour se démaquiller et hydrater sa peau, une cup (coupe menstruelle) plutôt que des tampons ou des serviettes hygiéniques, des cotons démaquillants réutilisables, une brosse à dent recyclable, du bicarbonate de soude à la place du déodorant
  • Fabriquer soi-même son dentifrice, son baume à lèvre, ses crèmes
  • Utiliser des mouchoirs en tissu plutôt que des mouchoirs en papier, des serviettes en tissu plutôt que des serviettes en papier jetable, des petites serviettes plutôt que de l’essuie tout
  • Supprimer tous les produits ménagers (lessive, adoucissants, liquide lave-vaisselle, liquide lave vitre, etc.) et remplacer par des préparations maison
  • Proscrire le plastique un maximum en utilisant du verre, de l’inox ou de la céramique
  • Réutiliser le verso des feuilles imprimées en papier brouillon
  • Acheter d’occasion via le bon coin, des magasins comme le troc de l’Ile, Emmaüs
  • Réparer au lieu de jeter et remplacer

Les alternatives sont là, c’est simple, c’est beau, c’est bon pour soi et pour l’environnement, économies garanties, alors n’attendez plus, c’est à la portée de tous : lancez-vous !

 

Categories: Objectif zéro déchet, Zero dechet kesako

16 comments

  • Sylvie

    Bonjour, est ce possible de faire ça dans la région ? J’habite à Pfastatt et je me vois mal emmener mes emballages quand je vais faire mes courses ! Quant à fabriquer ses produits soi même, ça doit prendre du temps non ? Bravo pour votre blog, mais je doute que je peux le faire moi même, sylvie

    • celine

      Bonjour Sylvie, oui c’est possible, c’est juste un coup de main à prendre au début, il faut penser à son kit de courses, et après, c’est automatique et on y prend plaisir. Oui, vous pouvez le faire sans problème et avec joie ! Fabriquer ses produits soi-même ça prend du temps au début, car on apprend, mais par la suite, on gagne du temps, tout devient plus simple. A bientôt et bon courage.

  • nathalie

    Je viens de lire l article vous concernant dans l alsace d aujourd’hui. Ça fait plaisir de voir que comme moi et tout près de chez moi (j habite à Reiningue) il y a des gens qui essaie de réduire au maximum les déchets. Sensible depuis longtemps à l environnement j’ai peu à peu changé mes habitudes de consommation et mon mode de vie. Par des recherches sur internet j’ai fait la découverte du site de »raffa » et trouvé une mine d informations sur le ménage respectueux de l’environnement. Petit à petit j’ai fabriqué mes produits d entretien. Puis j’ai arrêté le gel douche industriel et suis passée aux produits bio.Puis comme vous début de cette année j’ai fait « la »decouverte,le livre de Bea Johnson!! Que de bon sens! Revenir à des choses simples (et que nos parents faisaient lorsque nous étions petits), mouchoirs en tissu,serviettes de table lavables…Et grande découverte du vrac.Redecouverte de l usage des bocaux. J’ai remisé mes boîtes en plastique à la cave .Mais tout ne se fait pas simplement on embarque toute la famille dans l aventure et mes enfants (jeunes adultes) trouvent que » çà soûle! !! Mais tenons bon il est grand temps de changer nos mauvaises habitudes! J’ai hâte de parcourir votre blog et je pense que je vais être une fidèle lectrice. Merci et vive le zéro déchet.

    • celine

      Bonjour Nathalie, cela me fait plaisir également de savoir que vous êtes juste à côté, d’ailleurs, je vais souvent à Reiningue car on y trouve un pain de seigle excellent ! Oui, le site de Raffa est une mine d’or pour trouver des alternatives aux produits industriels. Retrouver le bon sens dans les gestes les plus simples, c’est une quête réelle et quotidienne. Bravo à vous pour vos efforts de tous les jours, les petits ruisseaux font les grandes rivières ! Au plaisir de vous rencontrer prochainement.

  • betty

    Tout comme Nathalie, c’est après lecture de l’article dans l’Alsace que je me suis dit « pourquoi pas! » alors, je vais essayer d’embarquer ma petite famille sur le « zéro déchet » et commencer à confectionner mes produits moi-même. Merci Céline pour ce blog que je visiterai souvent!

    • celine

      Bonjour Betty, merci pour votre message. En famille, c’est une très belle expérience à partager, chacun va pouvoir trouver des alternatives aux habitudes et être créatif. N’hésitez pas à partager vos trouvailles et à me dire comment cela se passe pour vous, je vous apporte tout mon soutien 😉

  • del

    Bonsoir :)

    Je parcours votre blog et plus je le lis plus je l’aime lol
    par contre je me pose quelques questions….
    Par quoi remplacer la cup pour une ado, car elle n’est pas du tout prête à tenter l’expérience :/ ….
    Quand les enfants vont à l’école, les mouchoirs tissus ne sont pas les bienvenus, au contraire, en début d’année sur la liste de matériel une boite de 150 mouchoirs nous est demandé :/
    Dernièrement j’ai voulu acheter des fruits secs en vrac et on m’a gentiment dit « que pour raison d’hygiène » il ne pouvait pas me servir dans mon contenant… du coup quels arguments peut on avancer pour faire peser la balance dans notre sens ^^

    merci de votre réponse 😉

    • celine

      Bonjour, merci de suivre le blog ! Si une ado ne se sent pas prête pour la cup, ça se comprend aisément, les serviettes lavables bios feront bien l’affaire 😉 Ahhh l’école…. C’est vrai qu’on ne peut pas se battre pour tout, déjà si à la maison on trouve des solutions pour cesser d’acheter du jetable, c’est déjà un très grand pas. Il ne faut pas se mettre la pression, et savoir s’ajuster à la situation. Je ne suis pas encore tombée malade (heureusement) depuis notre changement de mode de consommation, et si jamais j’attrapais un gros rhume, je me demande si je n’utiliserais pas une boite de mouchoirs jetables pour l’occasion ! Dans la vie de tous les jours, les mouchoirs en coton nous conviennent très bien. L’argument « pour raison d’hygiène » est courant, cela sous entend que nos contenants sont sales… On peut essayer différentes stratégies, soit avec l’humour et un grand sourire, en expliquant que notre contenant ne présente pas plus de risque qu’un sachet en plastique 😉 au contraire, mieux vaut un contenant en tissu ou en verre qu’un contenant en plastique !

  • texmex

    Pour la vente en vrac c’est bien le comble si on ne peut pas amener nos sacs. Je dois avouer que je n’amène pas de contenant en verre parce que c’est trop encombrant mais je peux tout mettre dans mes sacs à courses en moustiquaire. J’en ai de toutes les tailles et c’est super. Les gens en caisse sont toujours positifs, il faut dire que j’achète le vrac bio pour l’instant.
    Je fais mes sacs à course en toile de moustiquaire et c’est vraiment facile et résistant, transparent et léger, et bien sur réutilisable. De plus çà se lave en 5 secondes et c’est quasi sec aussi en 5 secondes.

  • Laurianne

    Bonjour Céline,
    Article très intéressant ! Connais-tu des bonnes adresses pour acheter du vrac aux alentours de Mulhouse ?
    L’eau vive et Le Grand Frais par exemple proposent quelques produits mais on est loin du « tout en vrac ».

  • Bénédicye

    Bonjour,
    Je lis votre blog depuis 2 semaines. C est pas tres long . J aime le concept. Mais la marche me parait tellement haute. Je suis allee dans un magasin bio la semaine derniere pour savoir ce qui existait en vrac. Lorsque j ai pose les questions ils m ont regarde comme une bete curieuse… et j avoue que je ne sais pas trop par quoi commencer…
    Merci pour votre blog.
    A vous lire !

    • celine

      Bonjour, la marche n’est pas haute, car il n’y a aucun objectif à atteindre, aucune pression supplémentaire à s’imposer. C’est un chemin joyeux, où l’on prend conscience qu’on a pas besoin de grand chose dans la vie, et où on se libère peu à peu de croyances qu’on nous a mis dans le tête depuis l’enfance, notamment par le biais des publicités. Pour commencer, je dirai une seule chose : se faire plaisir ! Et ne choisir qu’un domaine (alimentation, produits ménagers ou cosmétiques) mais pas les trois à la fois. Personnellement, j’ai commencé par simplifier l’alimentation, avec des produits simples, non transformés et en vrac, puis j’ai cherché à me former en cosmétiques naturels, et là, j’ai pris des cours via la Maison d’Or à Lutterbach (possibilité de cours en ligne par vidéo conférence pour ceux qui habitent loin), puis je cherché des alternatives aux produits ménagers. Le tout a duré un an, une très belle année de tests, de recherches, de rencontres, et encore une fois, dans la joie, sans se mettre la pression ! Mon conseil ultime : amusez-vous !

  • COMPIEGNE Sandrine

    je lis le livre actuellement je suis tombée dessus par hasard mais alors quelle claque j ai prise!! .Je fais beaucoup de chose maison mais avec le recul il n’y a pas que la cuisine c est surtout le surplus que j’ ai dans la maison qui m’a donné la nausée après avoir lu la moitié du livre en une soirée j’ai pris conscience du fait que nous sommes prisonnier d’un mode de vie sans vraiment en prendre conscience .Je n ai pas encore fini ce livre mais je suis accro et je le garde sur ma table de chevet précieusement et j’ai commencé le tri pièce par pièce avec conscience que j achetais sans réfléchir .Je veux changer ça !!! .J habite un petit village du pas de calais LE BRAS DE BROSNE si vous avez des adresses pour les produits locaux envoyez moi des adresses je serai très heureuse merci d’avance

    • celine

      Bravo Sandrine, oui, c’est tout à fait ça, nous sommes prisonnier d’un mode de vie qui est celui de consommer à outrance, bien plus que nos besoins, et cela nous empêche de vivre l’essentiel, nous avons besoin de silence, de beauté, de calme dans la vie, bien plus que d’accumuler des objets! Je suis en Alsace, et je ne connais que les adresses autour de chez moi. Bonne continuation vers une vie plus libre !

  • Marine

    Moi j ai imposée les serviettes en tissu à la maison!

    C est plus pratique, et protège mieux pour les enfants!
    À nous de montrer l exemple pour que la mettre devienne automatique!

    Un rond de serviette au différents prénoms ou de couleurs pour retrouver la sienne à chaque repas et le tour est joué!

    Je vous conseille les filles, et dans la machine ça prend guère de place!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Saisissez dans le cadre ci-dessus le code indiqué.