Test : fabrication de savon mou à la potasse KOH

Après des années à fabriquer du savon maison avec de la soude caustique qui permet de fabriquer des savons durs, j’ai souhaité tester la saponification avec cette fois ci de la potasse caustique KOH (hydroxyde de potassium), pour faire du savon mou. Comme la soude caustique NaOH, la potasse caustique est un produit dangereux à manipuler avec vigilance. La fabrication de savons maison, que ce soit avec de la soude ou de la potasse, nécessite du temps, une grande concentration, des connaissances, et de la rigueur. Je conseille vivement de commencer par faire du savon avec de la soude et d’avoir un peu d’expérience, avant de se lancer dans la fabrication du savon avec de la potasse qui est un plus complexe.

Il est nécessaire aussi d’avoir du matériel adéquat et adapté (pas du matériel qu’on utilise en cuisine).

  • Balance de précision (au 0,1 gramme près)
  • Un grand bécher spécial qui supporte les hautes températures (attention le pyrex peut casser !)
  • Un petit bécher spécial pour la lessive de potasse qui doit également supporter les hautes températures
  • Une casserole large pour le bain marie
  • Mixeur plongeur résistant (éviter d’acheter un mixeur bas de gamme pour ne pas griller le moteur)
  • Une spatule, une maryse, un fouet, des cuillères en inox
  • Un thermomètre culinaire
  • Des récipients de transfert pour peser les corps gras
  • De quoi protéger votre plan de travail (une vieille nappe par exemple)

liquid-soap-jackieJe n’ai pas trouvé de livre en français sur le sujet, il en existe par ailleurs beaucoup sur la saponification avec de la soude, mais rien sur le thème de la potasse et du savon liquide.  J’ai trouvé cependant un livre en anglais complet et intéressant, à savoir « Liquid Soapmaking » de Jackie Thompson.

Pour se protéger soi-même durant l’opération, c’est la même chose que pour faire du savon avec de la soude caustique, il faut prévoir des gants, des lunettes de protection, un masque, un tablier et des vêtements qui ne craignent rien (pour bricoler).

La potasse caustique KOH permet de fabriquer une diversité intéressante de savons mous, une pâte à savon, qui sera la base pour réaliser ensuite du savon liquide transparent ou opaque, du savon noir, ou encore du savon crème. Ce qui change, ce sont les formulations des recettes et les ingrédients, le savon noir par exemple est traditionnellement composé d’huile d’olive.

 

En parcourant beaucoup de sites et d’articles sur le sujet, les ingrédients les plus utilisés sont :

  • l’huile d’olive
  • l’huile de coco
  • l’huile de ricin
  • la glycérine
  • de l’eau déminéralisée
  • et bien sûr du KOH

Il est assez difficile de trouver de la potasse caustique à 100 %, en général on en trouve pure à 90 %. J’ai acheté un pot sur le site de la droguerie JARY : www.droguerie-jary.com, à savoir un pot de 1.5kg de Potasse Caustique écaillée à 90%. La livraison a été très rapide, j’ai reçu mon colis le lendemain !

Dans le calculateur en ligne, j’utilise soapcalc, il faut bien penser à cocher la case 90% KOH pour calculer la quantité de potasse et d’eau qui servira à réaliser la lessive de potasse. Cela a pour effet de ne pas sur-graisser de trop, comme la potasse n’est pure qu’à 90 %, le sur-graissage sera déjà de fait de 10 %, donc on n’excédera pas 2 à 3 % supplémentaire dans la case « Super Fat » du calculateur.

soapcalc_koh1

Comment définir une recette ?

J’ai décidé de faire très simple : 160 gr d’huile d’olive et 40 gr d’huile de coco. Puis j’ai rentré ces valeurs dans le calculateur. Ce qui m’a permis de connaitre les valeurs nécessaires d’eau et de potasse, à savoir 44 gr de KOH.  Pour connaitre la quantité d’eau déminéralisée, c’est plus compliqué pour trouver la bonne information.  J’ai lu qu’il fallait 70% de liquide pour la potasse contre 38% pour la soude, et aussi son contraire, qu’il fallait  suivre les calculateurs standards (comme pour les savons solides) et d’utiliser la quantité d’eau qu’ils recommandent. J’ai testé les 3 solutions :

– j’ai suivis le grammage indiqué par le calculateur pour mon premier test
– j’ai pris 3 x le poids de la potasse en eau pour mon deuxième essai, par exemple, si vous avez 60 gr de KOH, il faudra 180 gr d’eau
– j’ai dilué 50 % eau et 50 % glycérine pour accélérer la trace, toujours avec 3 fois plus d’eau que de potasse, par exemple, 60 gr de KOH, il faut rajouter 90 gr d’eau et 90 gr de glycérine

Puis, grâce à Catherine que j’ai rencontré sur des groupes de savons sur les réseaux sociaux, elle m’a expliqué comment elle procède, ce qui m’a bien éclairé :

Définition : un savon anhydre = total huiles + total Koh, sans l’eau

« Exemple : 1000g d’huiles qui vont demander 200g de potasse (Koh a 90% avec sugras de 3%). La quantité de savon Anhydre = 1000g d’huiles + 200g de Koh, soit 1200g. On multiplie ce montant par 0,5 ça donne 600g, c’est la quantité de liquide qu’il faut intégrer pour fabriquer la pâte à savon.
Si on veut rajouter de la glycérine dans la recette, il faut déduire la quantité de glycérine de la quantité de liquide calculée. Catherine met en général 30% du poids des huiles de glycérine. Donc 300g pour cet exemple.  Il faut retirer ces 300g des 600g de liquide calculés juste avant, il reste donc 300g d’eau. Diluer la potasse avec ces 300g d’eau. Et rajouter les 300g de glycérine dans les huiles à chauffer.

Ces étapes vont permettre de fabriquer une pâte de savon (ou savon noir) qui aura au final 60% de savon pour 40% de liquide. C’est important à connaître pour la partie Dilution : on peut utiliser le tableau de dilution du livre de Jackie Thompson pour diluer la pâte en savon liquide (et passer d’un savon concentré à 60% vers un savon liquide concentré à 25% par exemple). 25% est la concentration finale que Catherine utilise le plus, elle donne une belle texture. Et avec ces calculs c’est fini le déphasage du savon ! » MERCI CATHERINE !

 

J’ai eu du mal à me décider pour remplir la valeur de l’eau dans le calculateur  » Water as % of Oils ». Dans l’image ci dessous, j’ai laissé 35 %. J’ai choisi de ne pas utiliser d’huile essentielle en ajout après la trace pour ces premiers tests.

 

soapcalc2

Le pas à pas pour fabriquer une pâte à savon

huile_olive_koh1. Préparer les huiles végétales

Commencer par peser les corps gras dans des récipients de transfert, puis les faire fondre au bain marie. Je fais fondre d’abord l’huile de coco qui est dure en hiver, et liquide en été. Quand elle est liquide, j’ajoute l’huile d’olive et je mélange bien hors du feu.

L’utilisation d’une maryse est spécialement appréciée pour bien racler les parois des béchers et ne pas laisser d’huile !

 

 

 

 

 

 

 

2. Fabriquer la lessive de potasse

potasse

Commencer par peser très précisément la potasse. Puis on pèse l’eau dans un autre récipient. Puis on verse la potasse DANS L’EAU (et surtout pas l’inverse). La dissolution de la potasse dans l’eau provoque une réaction exothermique, ça produit de la chaleur, c’est pourquoi il est important d’utiliser un bécher spécial et d’avoir un masque, un tablier, des gants et des lunettes pour se protéger. Surtout ne pas inhaler !

Comme d’habitude, on travaille dans un endroit aéré et sécurisé, sans enfants et sans animaux, en coupant le téléphone et en étant bien concentré. C’est cette étape qui est la plus risquée.

Ce qui change avec la saponification à froid avec de la soude caustique, c’est que la potasse caustique, une fois pesée et versée dans l’eau monte un peu moins haut en température que la soude.

 

 

 

3. Réaliser la saponification avec la lessive de potasse

traceOn procède de la même façon que pour faire un savon à la soude. On verse progressivement la lessive de potasse dans les huiles (et pas l’inverse). Niveau températures, la lessive de potasse était à 70 degrés et les huiles aussi. Je n’ai pas attendu que ça baisse, n’ayant pas trouvé l’information.

Puis, on mixe en faisant attention aux éclaboussures, d’où la nécessité d’utiliser un récipient bien haut. C’est là qu’il faut se munir de patience, et faire des pauses avec le mixeur, pour ne pas que le moteur chauffe de trop. En fonction des huiles et de la recette, la trace peut être longue à venir, beaucoup plus longue qu’avec de la soude.
Enfin, je vois l’apparition de la « trace ». Le mélange a changé de couleur et s’est s’épaissi en laissant une légère marque à la surface, comme une sorte de mayonnaise.

Plusieurs articles et sites webs parlent à ce moment là de cuire cette préparation plus ou moins longtemps, soit en mijoteuse, soit au bain marie, pendant plusieurs heures.

J’ai versé la pâte dans une casserole, et j’ai cuit à feu doux sur 3,  la pâte s’est tout d’abord désolidarisée, avec de l’huile en surface et a commencé à former des grumeaux lors de mes différents tests, j’ai alors testé différentes solutions :

  • test 1 : Remixer la pâte avec le mixeur et laisser reposer 1 heure hors feu, la pâte s’est faite toute seule
  • test 2 : A l’aide d’un fouet, elle a rapidement changé de texture, pour devenir une sorte de crème, puis tout d’un coup, a encore évolué dans une pâte de plus en plus dure. La pâte de savon a été mise dans un contenant fermé pour une cuisson à 60 degrés dans un appareil vapeur ou une mijoteuse pendant 3 heures. Après la cuisson la pâte est devenue comme translucide.

pate_savon_koh

 

J’ai décidé de tester le pH, il était à 9. J’ai alors choisi de mettre la pâte dans un bocal et de la laisser reposer quelques jours.

ph

pate2

Puis, au bout de 5 jours, suite à la cuisson de 3 heures, on a procédé à des tests de dissolution avec de l’eau, pour essayer d’avoir un rendu du type liquide vaisselle. Ce qui a le mieux fonctionné c’est 50% d’eau chaude et 50 % de pâte à savon, pH à 8,5, il n’a pas été utile de rajouter une solution diluée d’acide citrique pour faire baisser le pH. C’est une eau savonneuse qui est stable mais assez liquide.

savon liquide maison koh

Conclusion : après avoir passé plus de 12 heures à lire des tutos et expériences de savons liquides, à bien réfléchir, et à faire plusieurs essais avec ses déconvenues et ses joies, le savon liquide me semble plus compliqué à fabriquer, et prends beaucoup de temps. Chouette expérience quand même, surtout quand on voit le résultat.

savon liquide zero dechet

 

 

 

1 comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*